Editorial

Les indicateurs qualité en hygiène sont là.

On en parlait depuis longtemps, ils sont arrivés cet automne avec le Beaujolais nouveau, fruits d’une volonté exprimée par les hygiénistes hospitaliers coulée en arrêté royal en 2007, et élaborés par eux-mêmes en collaboration avec l’équipe de l’ISP. Un gros travail a en effet été fourni par les plateformes régionales d’hygiène, la plateforme fédérale d’hygiène hospitalière et l’ISP pour construire un set d’indicateurs pertinents, essentiellement orientés sur les moyens (principalement le cadre légal), actions et processus, et écartant volontairement les indicateurs relatifs aux taux d’infections nosocomiales à ce stade (car trop influencés par le case-mix et divers problèmes méthodologiques). Il n’est pas inutile de rappeler qu’il s’agit là d’une première en Belgique : pour la première fois, des indicateurs « qualité » ont été produits au niveau fédéral dans un format permettant leur mise à disposition du public. Le but de cette démarche sur le long cours est d’induire un effet de levier sur le choix des actions basé sur le cadre légal d’une part et les données de la littérature scientifique d’autre part. Le travail préparatoire a abouti à la diffusion en 2011 du set d’indicateurs retenus pour 2013 afin de permettre aux directions d’hôpitaux d’en tenir compte dans l’élaboration de leur stratégie de prévention pour les années ultérieures. Les données de 2013 ont été récoltées fin 2014. A nouveau un travail d’experts du terrain hospitalier a abouti à la construction du feed-back mis à disposition par l’ISP. Force est de constater que, pour cette première édition, des manquements divers ont été observés dans certaines institutions, en particulier dans la dimension des actions. Ceci souligne tout l’intérêt de cette démarche que nous comptons poursuivre dans le but d’améliorer globalement la qualité des programmes de prévention. Le but est donc de faire évoluer petit à petit le set d’indicateurs afin d’en faire un outil capable d’orienter nos programmes de prévention, et d’en apprécier le caractère dynamique et évolutif. Il s’agit bien en effet d’induire une stratégie d’amélioration de ces programmes. Il appartient désormais aux équipes opérationnelles d’hygiène de faire vivre cet outil au sein des différentes plateformes, de se l’approprier et de l’utiliser en intrahospitalier comme levier de mobilisation des différents acteurs et ressources.

Baudouin Byl, Président de la plateforme fédérale d’hygiène hospitalière,
Editorialiste invité.

La prochaine collecte d’informations concernera l’année 2015, comprendra les mêmes indicateurs et aura lieu en principe dans le cours du premier trimestre 2016.

Pour en savoir plus : http://www.nsih.be/surv_iq/reports_fr.asp

 

Article à la Une

Sommaire

Agenda scientifique

  • septembre 2019
  • du 10/09 au 13/09 || à Genève
    The International Conference on Prevention and Infection Control (ICPIC)
  • 26/09
    NSIH Symposium
  • octobre 2019
  • du 2/10 au 6/10 || à Washington
    Infectious Diseases Society (Id)WEEK
  • 3/10
    Colloque Hygiène
  • 3/10
    Colloque Hygiène
Charger les évènements suivants

Proposer un article ?

Offres d'emploi

Nos partenaires

Flux RSS

Subscribe

Comité de rédaction

Les anciens numéros

Toutes les archives

Découvrez nos dossiers spéciaux

Expériences à partager