◄ Retour au sommaire

On a lu pour vous

A. H. Mitchell, G. B. Parker, H. KanamoriW., A. Rutala, D. J. Weber

Comparing non-safety with safety device sharps injury incidence data from two different occupational surveillance systems..

Journal of Hospital Infection,  96 (2) : 195-198, 2017.

Les standards des pathogènes transmis par le sang tels qu’amendés par la charte de prévention et de sécurité contre les piqûres de l’administration américaine pour la sécurité au travail et la santé (OSHA) et qui demande l’utilisation de matériels médicaux conçus pour la sécurité pour prévenir les blessures par piqûres et coupures est en place depuis 2001. Les modifications des blessures dans le temps montrent des différences entre celles causées par les matériels médicaux sûrs et non sûrs. Cette étude compare deux systèmes de surveillance des incidents pour déterminer si les données peuvent être généralisées à d’autres institutions et d’autres pays avec la législation en place ou s’il est nécessaire de mettre en place des politiques nationales pour la prévention des accidents par coupures chez le personnel soignant.

B. Hittle ; N. Agbonifo ; R. Suarez ; K.G. Davis ; T. Ballard.

Complexity of occupational exposures for home health-care workers : nurses vs home health aides.

Journal of Nursing Management, 24 : 1071-1079, 2016.

Le but de l’étude est d’identifier l’exposition du travailleur pour les soignants au domicile : les infirmières et les aides. Nous avons constaté que le taux d’accidents au travail chez les soignants à domicile aux USA est supérieur au taux national et que la recherche des causes de l’exposition et des accidents est limitée. Les participants sont interrogés sur la fréquence annuelle de l’exposition et des accidents. Les moyennes des expositions et accidents sont comparées entre les infirmières et les aides en utilisant le test des 2 échantillons de Wilcoxon.

La majorité de l’échantillon a plus de 40 ans et est obèse ce qui augmente potentiellement le risque d’accidents. Les infirmières à domicile réalisent plus de tâches médicales ce qui augmente le risque d’exposition aux pathogènes transmis par le sang. Les aides à domicile réalisent plus de tâches plus physiques avec un risque d’accidents musculo-squelettique. Elles distribuent aussi les médicaments oraux et anti-cancéreux et sont exposées aux résidus médicamenteux à une fréquence comparable à celle des infirmières à domicile. Les deux groupes sont également exposés au tabagisme passif pendant le travail. Nous concluons qu’établir des politiques liées à la santé des travailleurs, promouvoir une vie saine dans l’équipe et mettre à disposition des matériels sûrs pour le personnel peut aider à diminuer l’exposition et les accidents.

I. F. Btaiche ; D. S. Kovacevich ; N. Khalidi ; L.F. Papke

The effects of needleless connectors on catheter-related bloodstream infections.

American Journal of Infection Control, 39 (4 ) : 277-283, 2011.

Les connecteurs sans aiguille, y compris le septum standard fendu et les connecteurs à valve mécanique activée par luer, ont été introduits dans la pratique clinique pour éliminer le risque de piqûre en évitant l’utilisation des aiguilles lors de l’accès au cathéter intravasculaire. Le déplacement mécanique des valves positif et négatif a été associé avec un taux plus élevé de septicémies liées au cathéter comparées au connecteur à septum fendu. En fonction des données disponibles, les connecteurs à septum fendu devraient être préférentiellement utilisés aux valves mécaniques. Une désinfection adéquate par nettoyage de la porte d’entrée de préférence avec de la chlorhexidine est recommandée pour minimiser le risque de contamination microbiologique du cathéter en plus des pratiques de contrôle de l’infection spécifiques. Des études cliniques prospectives randomisées sont nécessaires pour évaluer plus avant les causes possibles et les effets de différents types de valves mécaniques et de connecteurs sans aiguille sur les septicémies.

O’Connor ; R. P. D. Cooke ; N. A. Cunliffe ; B. Pizer

Clinical value of stool culture in paediatric oncology patients : hospital evaluation and UK survey of practice.

Journal of Hospital Infection, 95 (1) : 123-125, 2017.

La diarrhée est un symptôme fréquent chez les patients oncologiques pédiatriques. Le rôle des tests de routine pour les bactéries entériques chez des patients hospitalisés présentant une diarrhée est considéré comme limité mais la valeur diagnostique des tests chez les enfants cancéreux n’a pas été étudiée. Pour cette raison, nous avons réalisé une évaluation de service rétrospective de 5 ans dans notre unité universitaire pédiatrique avec une surveillance nationale de 21 centres pour évaluer l’utilité de la culture de selles chez des patients cancéreux avec seulement un prélèvement sur 842 (0,14 %) testés positivement. L’étude nationale a démontré une variabilité importante des pratiques. Il y a une légère évidence pour l’utilisation de culture conventionnelle de selles pour les bactéries entériques chez les enfants cancéreux dans notre centre. Ces informations devraient renseigner les politiques nationales de test.

F. G. Sandmann ; M. Jit ; J. V. Robotham ; S. R. Deeny

Burden, duration and costs of hospital bed closure due to acute gastroentertitis in England per winter, 2010/11-I015/16.

Journal of Hospital infection, 97 (1) : 79-85, 2017.

Les fermetures de lits causées par la gastroentérite aiguë met les hôpitaux sous pression chaque hiver. En Angleterre, le service national de santé (NHS) a suivi la situation hivernale pour tous les hôpitaux aigus depuis 2010/11. Pour estimer la charge, la durée et les coûts des fermetures de lits dus à la gastroentérite aiguë pendant l’hiver. Une analyse rétrospective des données des séries liées au temps recueillies en routine concernant les fermetures de lits dues à la diarrhée et vomissements a été réalisée pour les hivers 2010/11 à 2015/16. Deux conclusions clé sont apparues lors de l’injection de données des valeurs manquantes de façon non aléatoire par le fournisseur et par le filtrage des observations jusqu’au niveau des dates répertoriées pendant les six hivers. Les valeurs les plus basses et les plus hautes injectées sont prises pour représenter les cas des meilleurs et plus mauvais scénarios. Les jours d’hospitalisation sont évalués en utilisant les coûts de référence du NHS et les coûts de l’absence potentielle du personnel sont basés sur des études antérieures. Dans le meilleur et pire cas, une médiane de 88.000 à 113.000 lits sont fermés chaque hiver à cause de la gastroentérite. Parmi ceux-ci, 19,6 à 20,4 % sont inoccupés. En moyenne, 80 % des hôpitaux sont affectés et ont fermé des lits pour une médiane de 15 à 21 jours chaque hiver. Les coûts hospitaliers de la fermeture des lits sont de 5,7 à 7,5 millions de £ qui peut monter à 6,9 à 10 millions de £ lorsque l’on ajoute les coûts dus à l’absence du personnel malade. Le nombre médian de lits hospitaliers fermés dû à la gastroentérite aiguë par hiver est équivalent à tous les lits non accessibles en Angleterre pour les lits généraux et aigus pour une médiane de 0,88 à 1,12 jours. Les coûts pour les hôpitaux sont importants mais varient avec les fermetures chaque hiver.

A. Chauvin ; A. Hutin ; T. Leredu ; P. Plaisance ; D. Pateron ; Y. Yordanov

Accidental blood exposures among emergency medicine residents and young physicians in France : a national survey..

Intern. Emerg. Med., 12 (2) : 221-227, March 2017.

L’objectif de l’étude est d’investiguer les caractéristiques épidémiologiques de l’exposition au sang ou aux fluides corporels (BFE) et le risque d’infection au travail parmi les résidents médecins aux urgences (EM) et les jeunes médecins (<35 ans) en France. Nous avons mené une étude en ligne anonyme et croisée. Nous avons contacté 1.779 participants avec un taux de réponse de 36 % (n=633). Parmi les répondants, 459 (72 %) ont rapporté au moins une BFE. Parmi les participants avec au moins une BFE, 35 % (n=163) n’ont jamais fait part de l’exposition aux autorités médicales compétentes ou au support. Parmi les participants qui ont signalé l’exposition, 63 % (n=232) l’ont fait immédiatement. Parmi les participants qui n’ont jamais signalé ou ont signalé non systématiquement leur BFE, la plupart (62 %, n=181/289) ne l’ont pas fait parce que la procédure est trop longue et 28 % (n=82/289) ont estimé le risque comme faible même si un tiers (n=166/458) ont testé leur statut HIV même si le BFE comportait un risque de transmission. Les circonstances dans lesquelles les participants ont le plus de BFE sont : la suture 57 % (n=262/457) et lors de manipulations précipitées 24 % (n=111/457). Les dernières expositions sont causées par des aiguilles rigides dans 42 % des cas (n=191/455) ou des aiguilles creuses dans 27 % (123/455). Le rapportage après exposition est très faible. La procédure de notification elle-même et la gestion sont les raisons principales de la faible notification. La simplification des procédures peut augmenter la notification et conduire à un conseil approprié après exposition et/ou une prophylaxie.

D. Hungerford ; J. M. Read ; R. P. D. Cooke ; R. Vivancos ; M. Iturriza-Gomara ; D. J. Allen ; N. French ; N. Cunliffe

Early impact of rotavirusvaccination in a large paediatric hospital in the UK

Journal of Hospital Infection, 93 (2) : 117-120, 2016.

L’impact de la vaccination de routine contre la gastroentérite (RVGE) causée par le rotavirus sur l’acquisition communautaire (CA) et sur l’acquisition au travail (HA) dans un grand hôpital pédiatrique anglais est étudiée sur une période de 13 ans. Un total de 1.644 enfants âgés de 0 à 15 ans sont testés positifs à rotavirus entre juillet 2002 et juin 2015. Une analyse de séries temporelles interrompues montre qu’après l’introduction du vaccin (juillet 2013 à juin 2015), les hospitalisations pour RVGE CA et HA sont de 83 % (intervalle de confiance à 95% [CI] 72-90 %) et 83 % (95 % CI : 66-92 %) plus basses qu’attendues. La vaccination contre le rotavirus a rapidement diminué la charge de la maladie hospitalière à rotavirus parmi les cas de RVGE CA et HA.

G. Ianiro ; R. Delogu ; L. Fiore ; M. Monini ; F. M. Ruggeri

Group A rotavirus genotypes in hospital-acquired gastro enteritis in Italy, 2012-14.

Journal of Hospital Infection, 96 (3) : 262-267, 2017.

Le rotavirus du groupe A (RVA) est la cause principale de gastroentérite aiguë (AGE) chez les jeunes enfants (âge<5 ans) causant environ 250.000 morts dans le monde, surtout dans les pays en développement. Les différences sur les séquences de nucléotides des gènes de VP7 (type G) et VP4 (type P) sont la base de la nomenclature binaire de RVA. Bien que seulement 32 types G et 47 types P de rotavirus sont actuellement connus. La majorité des infections humaines mondiales sont majoritairement liées à 5 principales combinaisons G/P : G1P [8], G2P [4], G3P [8] et G9P [8]. Le but est de fournir aux hôpitaux participant à la surveillance italienne par internet une information à jour sur la RVA AGE. Pendant la surveillance de la gastroentérite en Italie de 2012-14, un total de 2.341 échantillons de selles positifs ont été collectés chez des enfants hospitalisés avec l’âge et les souches de RVA ont été typées selon les protocoles standard EuRotaNet. Beaucoup de souches analysées appartenaient aux 5 catégories majeures de génotypes humains et 118 des 2.341 (%) sont rapportées comme acquises à l’hôpital. La comparaison des distributions des génotypes en circulation dans la communauté ou liées aux infections associées aux soins montrent une distribution différente des génotypes circulant dans les services hospitaliers en comparaison avec celles circulant dans la communauté. Les souches RVA G1P [8] et G9P [8] sont fréquemment détectées alors que G12P [8] cause une épidémie associée aux soins unique et répandue. L’information de cette étude peut être utile pour mettre en place des recommandations pour la prévention de RVA AGE et pour optimaliser la gestion des patients dans les services hospitaliers.

F. M. Egro ; C. A. Nwaiwu ; S. Smith ; J. D. Harper ; A. M. Spiess

Seroconversion rates among health care workers exposed to hepatitis C virus-co ntaminated body fluids : the university of Pittsburgh 13-year experience

American Journal of Infection Control, 45 (9) 1001-1005, 2017.

La transmission du virus de l’hépatite C (HCV) au personnel de soins (HCP) après exposition à une source positive à HCV a été rapportée comme survenant à un taux moyen de 1,8 % (de 0 à 10 %)/ Notre but est de déterminer le taux de séroconversion après exposition à des fluides biologiques contaminés par HCV dans un grand hôpital médical académique aux USA. Nous avons réalisé une analyse longitudinale d’une base de données prospectives maintenue des accidents survenus durant le travail entre 2002 et 2015 au centre médical universitaire de Pittsburgh. Les données collectées comprennent le type d’accident et de fluide, la partie du corps atteinte la contamination des objets piquants, l’implication des médecins résidents et le status hépatique du patient : hépatite B, C et HIV. Nous avons inclus 1361 cas dans l’étude. La plupart des expositions sont dues à des accidents percutanés (65 %) suivis par les accidents cutanéo muqueux (33,7 %). La plupart (63,3 %) sont des accidents de la main suivis par la face et le cou (27,6 %). L’exposition au sang se monte à 72,7 % et la salive contenant du sang à 3,4 %. Un total de 6,9 % et 3,7 % des patients source sont respectivement coinfectés par HIV et HBV. Le taux de séroconversion de HCV est de 0,1 % (n=2) à cause d’une exposition au sang secondaire à des accidents percutanés. Cette étude présente la cohorte la plus large et la plus récente d’un centre médical universitaire majeur américain. Le taux de séroconversion chez les HCP exposés à des fluides corporels contaminés par HCV est plus basse que beaucoup de données trouvées dans la littérature.


T. Yeargin ; D. Buckley ; A. Fraser ; X. Jiang

The survival and inactivation of enteric viruses on soft surfaces : a systematic review of the literature.

American Journal of Infection Control, 44 (11): 1365-1373, 2016.

Mondialement, les virus entériques sont la principale cause de gastroentérite aiguë. Chez les humains, ces virus se propagent de proche en proche par contact de personne à personne, la nourriture, l’eau et/ou l’environnement. Leur survie et inactivation sur des surfaces dures ont été largement étudiées ; cependant les surfaces molles non lavables comme les capitonnages et les tapis n’ont pas suscité l’attention. Le but de cette revue systématique est de déterminer les facteurs qui influencent la survie et l’inactivation des virus entériques sur les surfaces molles non lavables. Nous avons cherché des études expérimentales sur EBSCO et sur le Web des sciences entre 1965 et 2015 qui utilisaient les méthodes de rapportage des caractéristiques préférées pour des revues systématiques et des méta analyses. Les titres et les résumés sont triés en utilisant 3 critères d’éligibilité.  La qualité de toutes les méthodes d’étude a aussi été évaluées. Notre recherche a retenu 12 articles. Les virus survivants entre 0 heure et 140 jours en fonction des conditions de surface et d’environnement. La survie des virus est influencée par la température, l’humidité relative, le contenant organique et la méthode de dépose. Une variété de produits chimiques ont été testés pendant les études et montrent des effets variables sur les virus entériques. Le chlore, la glutaraldéhyde, la vapeur d’ozone et l’eau oxygénée sont les plus efficaces contre les virus entérique (réduction > log 3 ). Les facteurs de l’environnement comme la température et l’humidité relative peuvent influencer la survie des virus entériques sur les surfaces molles non lavables. L’efficacité des produits liquides ou gazeux sont liés à la surface et au type de virus.


A. C. Ganime ; J. P. G. Leite ; C.E. da S. Figueiredo ; F. A. Carvalho-Costa ; F. G. Melgaço ; F. C. Malta ; T. M. Fumian ; M. P. Miagostovich

Dissemination of human adenoviruses and rotavirus species A on fomites of hospital pediatric units.

American Journal of Infection Control, 44 (11): 1411-1413, 2016.

La dissémination du rotavirus A et de l’adénovirus humain sont démontrés tant dans les services de pédiatrie que dans les services de soins intensifs néo natals (NICU) dans le même hôpital pédiatrique. La détection des virus dans les échantillons de vomissements sont plus élevés dans les services de pédiatrie (42,3%[137/324]) que dans le NICU (4,5 % [7/156]), ce qui révèle que les procédures de nettoyage dans notre NICU sont efficaces dans la réduction de la contamination virale et qui suggère que l’adénovirus humain est un marqueur potentiel de la contamination des vomissements.


M. G. Schmidt ; R. E. Tuuri ; A. Dharsee ; H. H. Attaway ; S. E. Fairey ; K. T. Borg ; C. D. Salgado ; B. E. Hirsch

Antimicrobial copper alloys decreased bacteria on stethoscope surfaces.

American Journal of Infection Control, 45(6) : 642-647, 2017.

Les stéthoscopes peuvent servir de moyen de transmission des bactéries parmi les patients. Le but de cette étude est d’évaluer l’efficacité antimicrobienne des surfaces cuivrées pour réduire la concentration bactérienne sur les surfaces du stéthoscope. Nous avons mené une étude prospective structurée visant 21 soignants dans une unité de soins pédiatriques d’urgence (ED) (n=14) et dans une unité de soins intensifs pour adultes située dans un hôpital universitaire (n=7). 4 surfaces communes au stéthoscope et à un instrument semblable produit par l’agence de protection de l’environnement des USA section alliages cuivrés antimicrobiens (AMCus) sont évalués par le comptage des colonies aérobiques (ACCs), Staphylococcus aureus résistant à la méticilline, les bactéries Gram négatif et les entérocoques résistants à la vancomycine sur une période de 90 jours. La moyenne des ACCs retrouvées collectivement sur tous les stéthoscopes produits par l’AMCus montre que ces produits emportent des concentrations bactériennes significativement plus basses (ED pédiatrique 11,7 vs 127,1 unités formant colonie[CFU]/cm², P<0,00001) que leurs contrôles équivalents. Cette observation est indépendante du soignant ou des mesures de lutte contre l’infection. L’absence de récupération de bactéries sur les surfaces AMCus (66;3 %) est significativement plus grande (P<0,00001) que les surfaces contrôle (22,4 %). Le bord en uréthane commun aux stéthoscopes est la surface la plus chargée ; les concentrations moyennes dépassent les concentrations d’acquisition de l’infection par les soignants (5 CFU/cm²) d’au moins 25 fois ce qui montre que le stéthoscope doit être pris en compte dans les plans de lutte contre la contamination croisée pendant les soins au patient. Les surfaces de stéthoscopes fabriquées par AMCus se sont montrées plus efficaces pour emporter moins de bactéries.

W. Ocampo ; R. Geransar ; N.Clayden ; J. Jones ; J. de Grood ; M. Joffe ; G. Taylor ; B. Missaghi ; C. Pearce ; W. Ghali ; J. Conly,

Environmental scan of infection prevention and control practices for containment of hospital-acquired infectious disease outbreaks in acute care hospital settings across Canada

American Journal of Infection Control, 45 (10) : 1116-1126, 2017.

La fermeture de services hospitaliers et une méthode pour contrôler les épidémies d’infections associées aux soins et est souvent couplée à d’autres pratiques. Cependant, la valeur de la fermeture de services reste non certaine. Nous avons voulu comprendre les pratiques actuelles et les perceptions en regard de la fermeture de services pour les épidémies de maladies infectieuses associées aux soins dans les institutions de soins aigus à travers le Canada. Un groupe d’experts en prévention et contrôle de l’infection (IPC) a développé une grille de surveillance par internet et l’a distribué à 235 IPC à travers le Canada. Les données sont analysées par des méthodes d’approche mixtes de statistiques descriptives et d’analyse thématique. Un total de 110 réponses complètes montre que 70 % des sites rapportent au moins une épidémie durant l’année 2013, 44 % de ces sites rapportent une fermeture de service. La fermeture de service à été appréciée comme un stratégie « appropriée », « parfois appropriée » ou « non appropriée » pour contrôler les épidémies par respectivement 50 %, 45 % et 5 % des participants. La capacité du système et l’évaluation globale du risque sont les facteurs qui influencent la décision de fermer un service après une épidémie. Les résultats suggèrent que l’utilisation de la fermeture de service pour contenir des épidémies de maladies infectieuses associées aux soins dans les institutions de soins aigus au Canada est associée à d’autres méthodes variées. La réussite de la fermeture de service dépend du support général attribué à l’équipe IPC dans l’hôpital.

◄ Retour au sommaire

Nouveautés

Agenda scientifique

  • juin 2020
  • du 3/06 au 5/06 || à Nantes
    31th Congrès National SF2H : REPORTE au 9-10-11 juin 2021
  • du 10/06 au 12/06 || à Phoenix
    Association for professionals in Infection Control and Epidemiology : ANNULE
  • du 17/06 au 19/06 || à Athènes
    6th World Congress on Vascular Access : Programme online les 17 et 18 juin 2020 REPORTE en avril 2021
  • novembre 2020
  • du 8/11 au 10/11 || à Edimbourg
    FIS/HIS International
Charger les évènements suivants

Proposer un article ?

Offres d'emploi

Nos partenaires

Flux RSS

Subscribe

Comité de rédaction

Les anciens numéros

Toutes les archives

Découvrez nos dossiers spéciaux

Expériences à partager