◄ Retour au sommaire

L’évolution de l’observance de l’hygiène des mains dans les institutions psychiatriques

Nathalie Shodu - RN, MSPH, Sciensano Prof Anne Simon - Hygiène Hospitalière, Hôpital de Jolimont

En collaboration avec le groupe de travail de la campagne pour l’hygiène des mains de la Plate-forme fédérale pour l’hygiène hospitalière

Introduction

Plusieurs études ont été publiées dans la littérature scientifique sur les interventions visant à améliorer le respect de l’hygiène des mains par les professionnels de la santé. Naikoba & Hayward (2001) ont conclu que les interventions uniques et combinées (formation et formation continue, rappels en atelier, promotion de la solution hydro-alcoolique et audit avec feed-back) peuvent améliorer l’observance, mais que – sans efforts soutenus – cet effet est seulement temporaire.

Ainsi, le SPF Santé publique, BAPCOC (Belgian Antibiotic Policy Coordination Committee) et Sciensano organisent tous les 2 ans une campagne nationale belge de sensibilisation à la promotion de l’hygiène des mains. Ces campagnes de sensibilisation, ayant des thématiques spécifiques, ont pour objectif de modifier les comportements des professionnels de la santé et des patients par l’ empowerment de leur propre hygiène des mains. Chaque campagne de sensibilisation est subdivisée en trois périodes :

– Période d’observation pré-campagne
– Période de sensibilisation
– Période d’observation post-campagne

Les observations faites durant les phases pré- et post-campagne résultent d’une observation directe des pratiques qui varient selon différents indicateurs. Dans cet article, nous souhaitons mettre en évidence l’évolution de l’observance de l’hygiène des mains dans les hôpitaux psychiatriques à travers les 7 campagnes nationales auxquelles ils ont participé.

Méthodologie

La méthodologie utilisée dans le cadre de la mesure de l’observance des institutions psychiatriques est quasiment similaire à celle pratiquée dans les autres catégories d’hôpitaux (chroniques / aigus). Cependant, un aspect les distingue; la suppression de l’indication « contacts sociaux » pour les hôpitaux psychiatriques dès la 3ème campagne. En effet, une analyse effectuée lors de leur première participation à la campagne nationale de 2006-2007 (la deuxième campagne nationale) avait mis en évidence qu’aucun enregistrement de données n’avait été fait pour cette indication.

Dans le 3ème rapport national de promotion à l’hygiène des mains, une attention particulière est faite pour définir les « contacts sociaux » qui se déterminent par des contacts physiques de courte durée excluant les soins, tels que par ex. serrer la main à quelqu’un ou lui taper sur l’épaule. Une présentation reprenant des exemples pratiques de cette observation dans les hôpitaux psychiatriques est disponible sur le site www.hicplatform.be. Cet instrument peut être utilisé dans le cadre de la formation d’observateurs.

Les données relatives à l’observance de l’hygiène des mains qui figurent dans cet article résultent d’une analyse qualitative des résultats des 7 derniers rapports nationaux de la campagne de promotion à l’hygiène des mains en Belgique. Afin de mener à bien cette analyse, nous avons croisé les données qui portent sur l’observance de l’hygiène des mains dans les institutions psychiatriques entre les différents rapports.

Résultats   

Participation à la campagne
La seconde campagne nationale de promotion de l’hygiène des mains en 2006 – 2007 a été marquée par la première participation des établissements psychiatriques. Le thème de cette campagne était « Hand hygiene, do it correctly ». Lors de cette campagne, un taux de participation de 63% a été observé soit l’équivalent de 43/68 hôpitaux psychiatriques. Excellent départ pour une première édition !

Tableau 1 • Participation des hôpitaux psychiatriques, avant et après la campagne d’hygiène des mains, lors des 7 campagnes nationales belges.

Ci-dessus, un tableau récapitulatif qui montre la participation des hôpitaux psychiatriques à travers les 7 campagnes nationales de promotion de l’hygiène des mains en Belgique. Lors de chaque campagne nationale, nous constatons une diminution du nombre de participants par rapport à la campagne nationale précédente. Malheureusement, n’ayant pas investigué davantage les raisons de cette baisse de participation des institutions psychiatriques ; nous ne pouvons, actuellement, qu’émettre les hypothèses suivante

– Baisse de l’enthousiasme et de la motivation à l’idée de participer à une énième édition de promotion à l’hygiène des mains ;
– Thématique abordée lors de la campagne moins pertinente pour les hôpitaux psychiatriques ;
– Participation continue des meilleurs élèves de la classe (çad, les hôpitaux avec les meilleurs résultats) et l’abandon des mauvais élèves (çad, ceux qui ont les scores d’observance les plus faibles).

Ceci reste des hypothèses possibles mais non démontrées et qui nécessiteront d’être vérifiées ultérieurement.

Figure 1 • Évolution de l’observance de l’hygiène des mains (HDM) au sein des hôpitaux psychiatriques, avant et après campagne, pour sept campagnes consécutives, 2006-2019

La médiane (représentée par une ligne horizontale dans chaque boîte), la moyenne (représentée par le symbole dans la boîte), les intervalles interquartiles (hauteur de la boîte), les limites maximale et minimale (barres verticales) de l’observance sont indiquées, ainsi que les résultats extrêmes («outliers « ; points isolés).

Remarque : Participation des hôpitaux psychiatriques à partir de la deuxième campagne (2006-2007).

Observance de l’hygiène des mains 

1. Selon la catégorie institutionnelle

La première participation des hôpitaux psychiatriques, fut notée par une belle évolution de l’observance moyenne avant-après campagne. En effet, la différence du taux d’observance mesuré dans les services de psychiatrie (n=111) était de plus de 21%. Avant la campagne, l’observance moyenne était visiblement plus faible parmi les institutions psychiatriques. Néanmoins, notons que la plus forte augmentation d’observance a été observée dans cette catégorie d’institutions.

Tableau 2 • Résultats des observations selon la catégorie institutionnelle, avant et après la campagne d’hygiène des mains, lors des  7 campagnes nationales Belges.

*% = moyenne des pourcentages (poids plus important pour les institutions avec un nombre d’observations élevé)

Obs. = Observance

Au fur et à mesure des campagnes nationales, nous pouvons souligner une belle progression du taux d’observance des hôpitaux psychiatriques. En effet, depuis leur première participation, ils sont passés d’un taux d’observance de 44,6% (2ème campagne) à 66,3% (7ème campagne) avant-campagne de sensibilisation. Comparativement, pour les mêmes périodes observées, les hôpitaux de soins aigus connaissent une évolution avant-campagne de sensibilisation allant de 55,3% (2ème campagne) à 72,1% (7ème campagne) du taux d’observance. Nous pouvons donc constater une différence du taux d’observance de 4,9% entre ces deux catégories d’institutions (+21,7% pour les hôpitaux psychiatriques et +16,8% pour les hôpitaux aigus) ; chiffres encourageant pour les hôpitaux psychiatriques.

Par rapport aux pourcentages de la 8ème campagne de promotion à l’hygiène des mains, nous constatons une nette diminution du taux d’observance dans la période précédant la campagne 2018-2019 (avant la campagne 2016-2017 : 66,3 %, avant la campagne 2018-2019 : 56,2%, soit une différence de -10,1 % entre les deux campagnes nationales). Cette différence s’explique en partie par le fait que six nouveaux hôpitaux se sont inscrits pour cette 8ème campagne et que certains d’entre eux ont enregistré des taux d’observance très faibles lors de leurs premières mesures.

Lors de la dernière campagne, une différence pré-/post- campagne très importante est constatée pour les unités psychiatriques (hôpitaux psychiatriques et salles psychiatriques) avec une différence de +19,4%. 

Toutefois, si l’observance après campagne de sensibilisation à tendance à diminuer, la différence des périodes avant campagnes (soit +21,7% entre la 1ère et la 6ème participation) révèle que les hôpitaux psychiatriques continuent de s’améliorer au cours des années.  

Selon la catégorie professionnelle 

Tableau 3 • Observance de l’hygiène des mains selon la catégorie professionnelle dans les institutions psychiatriques, avant et après la campagne, lors des 2 dernières campagnes nationales belges

Le tableau ci-dessus met bien en évidence que le taux d’observance moyen diffère selon les professions. Comme lors des deux dernières campagnes nationales, nous observons une hausse du taux d’observance après campagne pour la plupart des professionnels de la santé dans les institutions psychiatriques. Ce constat est très encourageant et illustre la volonté continue de chaque professionnel à vouloir s’améliorer dans sa pratique de l’hygiène des mains.

Chez les médecins, qui avaient réalisés les moins bons scores avant la campagne, on constate une nette amélioration des résultats d’observance après la campagne de sensibilisation. Inversément on constate une diminution importante de l’observance chez les kinésithérapeutes. Le faible nombre d’opportunités observées et nos remarques pour les hôpitaux et unités psychiatriques ne nous permettent pas d’interpréter les résultats de manière pertinente pour ces catégories professionnelles.

Consommation des solutions hydroalcooliques Lors de la première participation à la campagne de promotion à l’hygiène des mains, l’utilisation de solutions hydroalcooliques dans les services psychiatriques n’était pas encore ancrée dans les mœurs. Aussi, une attention particulière a été portée lors de la campagne nationale suivante pour stimuler toutes les institutions (hôpitaux chroniques / aigues / psychiatriques) à promouvoir l’utilisation des solutions hydroalcooliques pour l’hygiène des mains en lieu et place du lavage des mains à l’eau et savon.

La consommation de solutions hydroalcooliques est utilisée comme une indication indirecte pour l’application de l’hygiène des mains par les professionnels de la santé. Toutefois, l’utilisation de ces données de consommation comporte certaines limites. Une première limite est qu’il est difficile de déterminer si la désinfection des mains est faite par le travailleur de la santé lui-même, au bon moment et au bon endroit, et selon les recommandations. De fait, la mesure de l’observance selon les indications de désinfection des mains ne peut être atteinte que par l’observation directe par un observateur formé. La deuxième limite, dont il faut tenir compte, est la faible participation des hôpitaux et donc la nécessité d’interpréter les résultats avec une extrême prudence.

Conclusion

Nous pouvons constater une hausse progressive du taux d’observance au cours des six premières campagnes de promotion à l’hygiène des mains dans les institutions psychiatriques, suivi d’un déclin lors de la dernière campagne. Cependant, un des facteurs pouvant expliquer cette baisse du taux d’observance pré-campagne lors de la huitième campagne est l’augmentation de la participation des hôpitaux psychiatriques. En effet, plusieurs nouveaux hôpitaux psychiatriques ont rejoint la 8ème campagne enregistrant des faibles résultats d’observance.

La littérature montre que les campagnes de sensibilisation sur l’hygiène des mains doivent être répétées pour obtenir un effet durable. En effet, la programmation bisannuelle des campagnes de sensibilisation à l’hygiène des mains contribue à la modification des comportements des professionnels de santé mais également des patients. Cela est, notamment, démontré par les données d’observance obtenues selon la catégorie professionnelle qui sont plus élevées en post-campagne.

Il est important de continuer à intégrer, dans la méthodologie des campagnes nationales, les spécificités des institutions psychiatriques afin de les encourager et de susciter leur intérêt à participer activement aux campagnes nationales de promotion à l’hygiène des mains.

Références

Catry B., Viseur N., Fonguh S. & Simon A. (2013) Résultats de la 5e campagne nationale pour la promotion de l’hygiène des mains, 2013, Bruxelles : Institut scientifique de santé publique,
Consulté sur http://www.nsih.be/download/national%20results%20campagne%202013_FR.pdf

De Pauw H., Benhammadi N., Shodu N. & Catry, B. (2020), Résultats de la 8e campagne nationale pour la promotion de l’hygiène des mains dans les hôpitaux, 2018-2019, Bruxelles, Belgique : Sciensano ; 2018-2019 64p. Numéro de rapport : D/2020/14.440/32. 
Consulté sur
http://www.nsih.be/surv_hh/download/Sciensano_Résultats%20Campagne%20Nationale%20HDM_2018%202019.pdf

De Pauw H., Uwineza A., Benhammadi N., & Catry, B. (2018), Résultats de la 7e campagne nationale pour la promotion de l’hygiène des mains dans les hôpitaux, 2016-2017, Bruxelles : Institut scientifique de santé publique,
Consulté sur
http://www.nsih.be/surv_hh/download/WIV-ISP%20Résultats%20Nationaux%20HDM%202016-2017.pdf

Fonguh, S., & Catry, B. (2015), Résultats de la 6e campagne nationale pour la promotion de l’hygiène des mains dans les hôpitaux, 2014-2015, Bruxelles : Institut scientifique de santé publique,

◄ Retour au sommaire

Nouveautés

Agenda scientifique

  • octobre 2021
  • 28/10
    Symposium NSIH
  • décembre 2021
  • du 13/12 au 14/12 || à Paris
    41ème Réunion interdisciplinaire de chimiothérapie anti-infectieuse (RICAI)
  • avril 2022
  • 4/04
    Infection Diseases Society of America (IDSA)
  • du 12/04 au 14/10 || à Colorado Springs
    The Society for Healthcare Epidemiology of America – IDWeek
  • du 23/04 au 26/04 || à Lisbonne
    ECCMID
Charger les évènements suivants

Proposer un article ?

Offres d'emploi

Nos partenaires

Flux RSS

Subscribe

Comité de rédaction

Les anciens numéros

Toutes les archives

Découvrez nos dossiers spéciaux

Expériences à partager