Editorial

Le professeur Jean-Jacques Haxhe, chirurgien, fondateur des Cliniques universitaires Saint-Luc et pionnier en Hygiène Hospitalière nous a quitté.

Le Professeur Jean-Jacques Haxhe est né à Uccle en 1930. Il obtient son diplôme de médecine en 1956 avec la plus grande distinction et entame ensuite une spécialisation en chirurgie. 

En 1968, après de nombreuses années de recherches en Belgique et à l’étranger, les circonstances liées à l’expansion universitaire et au transfert de l’UCL hors de Leuven mènent Jean-Jacques Haxhe à la direction de la programmation hospitalo-facultaire pour l’implantation de la Faculté de médecine de l’UCL et des Cliniques universitaires Saint-Luc sur le site de Woluwe-Saint-Lambert. 

Lors de l’élaboration des plans du futur hôpital Saint-Luc (1968), il avait fait appel à un expert français en hygiène hospitalière (HH), le  Prof. M. Maisonnet pour effectuer une expertise des plans et obtenir conseils et recommandations quant aux circuits, à la conception du  bloc opératoire, la stérilisation….. Ceci était dû sans doute à sa sensibilité de chirurgien en matière d’asepsie, ou aux différents  voyages d’étude effectués aux USA et en Suède.

En 1969,  il découvre en Suisse une première structure d’Hygiène Hospitalière par le biais d’un groupe de travail (précurseur de la Société Suisse d’HH), présidé par une femme, le Dr. F. Tanner et au sein duquel, celle qui sera sa complice et sa compagne, Michèle Zumofen joue un rôle actif. C’est d’ailleurs avec le Dr. F. Tanner et le Dr. G. Ducel qu’ils publieront en 1973 le premier ouvrage d’HH en français, intitulé «Eléments d’HH et techniques d’Isolement Hospitalier».

En 1974, dans les vieux bâtiments de Leuven, pour permettre aux hématologues, les Prof.  G. Sokal et  G. Cornu d’effectuer à moindres risques des greffes de moelle, Jean-Jacques Haxhe décide de transformer modestement, mais efficacement une partie d’unité de soins en unité aseptique expérimentale pour y accueillir 6 patients. Corine Logghe qui deviendra infirmière en HH y travaillera notamment.

Comme support scientifique et «microbiologique», un groupe de travail est à ce moment-là constitué et une technicienne en HH est engagée (Ch. Van Ossel, qui aura été préalablement se former dans ce domaine chez le Dr. F. Tanner au CHUV à  Lausanne). Le prof. G. Wauters, microbiologiste, s’engagera aussi à fond dans ce projet.

Les membres de ce groupe de travail constitueront le premier Comité d’hygiène hospitalière (CHH) avant même la loi, présidé par le professeur Haxhe. Il en sera le président pendant plus de 20 ans.

 Ensuite, accélération du processus au niveau national: 

– préparation de la législation relative au CHH (A.R. du 24/04/1974) sous le Ministère De Ph. Busquin avec la participation  notamment du Prof. JJ. Haxhe, de Madame Zumofen  (UCL), du Prof. H. van de Voorde, du  Prof. G. Reybrouck (KUL) et du Prof. Beumer (ULB)

– fondation de l’ABHH (12/07/1974) (Association Belge pour l’Hygiène Hospitalière), sous l’impulsion du Prof. H. Van de Voorde et avec les mêmes acteurs auxquels se joignent quelques autres personnes. Rejointe par des microbiologistes, l’ABHH deviendra en partie le GDEPIH (Groupe pour le Dépistage, l’Etude et la Prévention des Infections Hospitalières), qui deviendra alors le BICS (Belgian Infection control Society)

En 1973 Michèle Zumofen, après avoir suivi une formation au CDC d’Atlanta,  présente un mémoire de Licence en Sciences Hospitalières intitulé «L’IHH, son rôle, ses responsabilités, sa formation». Le Prof. JJ. Haxhe décide en 1976 de mettre en place à l’Ecole de Santé  Publique (UCL) une formation spécifique pour former des IHH, suite également à leur reconnaissance officielle (AR 22/04/1976). S’organisera ensuite la formation des MHH suite à l’AR du 7/11/1988.

Le professeur Haxhe et son épouse ont donc formé des dizaines de médecins et infirmiers en hygiène hospitalière qui ont été porter la bonne parole dans tous les hôpitaux francophones de Belgique. Ils ont aussi contribué à la large diffusion des recommandations en matière de prévention et contrôle de l’infection grâce à leur participation très active au sein du Conseil Supérieur d’Hygiène qui deviendra le Conseil Supérieur de la Santé.

On peut ajouter à cela de nombreuses publications, la création en 1979 de la revue trimestrielle «Bulletin d’Information en HH», largement diffusée en Belgique et dans les pays francophones et qui deviendra dès 1996  Noso-Info dont Jean-Jacques Haxhe  restera un membre actif du comité de rédaction jusqu’il y a peu.

Les membres du comité de rédaction présentent à son épouse et ses enfants leurs condoléances émues.

 

Article à la Une

Sommaire

Agenda scientifique

  • septembre 2019
  • du 10/09 au 13/09 || à Genève
    The International Conference on Prevention and Infection Control (ICPIC)
  • 26/09
    NSIH Symposium
  • octobre 2019
  • du 2/10 au 6/10 || à Washington
    Infectious Diseases Society (Id)WEEK
  • 3/10
    Colloque Hygiène
  • 3/10
    Colloque Hygiène
Charger les évènements suivants

Proposer un article ?

Offres d'emploi

Nos partenaires

Flux RSS

Subscribe

Comité de rédaction

Les anciens numéros

Toutes les archives

Découvrez nos dossiers spéciaux

Expériences à partager